Actualité

29/01/2016 - Communiqué de presse

Contamination à l'IRE de Fleurus

Extrait de la Nouvelle Gazette du 29 janvier 2016.

 

Le 14 janvier, une contamination par de l’iode 131 est survenue dans un laboratoire de l’IRE, à Fleurus. Un joint défaillant serait à l’origine de cette « anomalie », classée au niveau 1 de l’échelle INES. Un opérateur a tout de même présenté un taux très faible de contamination. Il aura fallu 14 jours pour déclarer et signaler l’incident à l’Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire

 

La contamination par l’iode 131 s’est produite lors d’opérations de remise en état des cellules de production. Lesquelles faisaient suite à une inspection de l’AFCN menée en décembre dernier. L’agence avait alors recommandé à l’IRE de mettre en oeuvre un plan de maintenance de ses équipements.

 

Une défaillance d’un joint assurant l’étanchéité entre les cellules est à l’origine de cet incident : une quantité d’iode 131 « nettement inférieure à la limite journalière autorisée » a été rejetée via la cheminée. La contamination a été immédiatement détectée par les systèmes automatiques de mesure. Au moment des faits, plusieurs opérateurs étaient présents dans le laboratoire. L’un d’eux a d’ailleurs présenté un très faible niveau de contamination. « Mais le suivi dont il a fait l’objet indique qu’il n’y a aucune conséquence pour sa santé », précise Sébastien Berg, porte-parole de l’AFCN. Aucun impact non plus à redouter pour la population ou l’environnement. Reste que l’anomalie a tout de même été classée en niveau 1, en raison de sa récurrence. Une série d’événements similaires se sont en effet produits en décembre 2015. Ils auraient, eux aussi, pu indiquer une défaillance de joints.

 

Je suis interpellé, assez fâché même, car cette succession d’incidents n’a fait l’objet d’aucun signalement. L’agglomération de Charleroi a le droit de savoir ce qu’il s’est passé à l’IRE et ce à quoi elle a éventuellement été exposée lors de ce rejet d’iode 131 », s’insurge Jean-Marc NOLLET. Le député fédéral ecolo dénonce encore l’absence de transparence et de communication de l’Institut des Radioéléments. Mercredi prochain, le Carolo interpellera d’ailleurs le ministre de l’Intérieur Jan Jambon à ce sujet. L’AFCN pointe, elle aussi, le signalement tardif des faits par l’IRE. Ce dont se défend l’Institut des Radioéléments.

 

« Nous avons avisé l’agence dans le temps imparti. Nous avons ensuite procédé à l’investigation des causes des défaillances constatées, conformément à la procédure. Et c’est ce qui a retardé non pas le signalement de l’incident, mais sa publication », précise la porte-parole de l’IRE.

 

Hier en tout cas, ni la commune de Fleurus, ni celle, voisine, de Farciennes n’avaient encore été informées des faits par l’IRE…

 

L’origine de l’incident identifiée, l’IRE s’emploie aujourd’hui à la résolution du problème. « Le remplacement des joints est en cours. Nous prendrons aussi des mesures additionnelles nécessaires pour que ce type d’événements ne se reproduisent plus. Mais, sans attendre, nous avons renforcé les procédures de contrôle et fourni des équipements aux opérateurs », précise encore la porte-parole de l’IRE.

 

M-G.D.

 

 

Cliquez sur ce lien pour revoir le reportage que Télésambre a consacré à ce dossier : http://www.telesambre.be/nouvel-incident-a-l-ire-jean-marc-nollet-ne-decolere-pas-_d_16418.html

Me suivre sur la toile