Actualité

16/10/2015 - Annonce

L'acteur en direct

Envie d'écouter l'interview de ce matin, cliquez sur http://www.rtbf.be/info/belgique/dossier/gouvernement-michel/detail_jean-marc-nollet-le-gouvernement-michel-de-wever-est-climato-apathique?id=9109856

 

Alors que la Chambre a accordé, majorité contre opposition, la confiance au gouvernement Michel, le député fédéral Ecolo Jean-Marc Nollet juge que "le gouvernement garde son cap de l'austérité". Concernant le budget, le chef de groupe Ecolo-Groen remarque : "Au niveau du parlement, nous n'avons reçu qu'une demi-page A4. Admettez que pour un budget d'un État fédéral, c'est un peu court". Selon lui, "c'est lié notamment au fait que les décisions ne se prennent pas à la rue de la Loi, mais à l'hôtel de ville d'Anvers. Alors que la confiance est votée, et que le budget est soi-disant déposé, on sait qu'il y a encore une réunion du conseil des ministres pour 'réaborder' une série de mesures qui nous ont été présentées comme déjà acquises".

 

"Bricolage"

Pour Jean-Marc Nollet, la taxe sur la spéculation boursière ou la taxe sur les sodas annoncées dans le cadre du tax shift, sont du "bricolage": "Leur seul objectif est budgétaire, il n'y a aucune volonté de réformer le système en profondeur". Selon lui, l'équipe fédérale "fait les choses à l'envers". Il prend l'exemple de la taxe sur le carburant diesel : "Si le gouvernement voulait vraiment changer le comportement, il investirait dans la SNCB. Si on veut que les gens utilisent moins leur voiture, ce n'est pas plus compliqué que cela. La ministre Galant et le gouvernement Michel-De Wever font tout l'inverse : on va rechercher 2,1 milliards d'euros en 5 ans dans le budget de la SNCB. Aujourd'hui, les gens cherchent des trains, des trains où il y a de la place, et des trains qui sont à l'heure. Et la ministre Galant ferme des gares et désinvestit". Il dénonce aussi le fait que, selon lui, le budget soutient "plus les voitures de société que le railLes voitures de société sont restées un tabou car le bourgmestre d'Anvers en a décidé ainsi", critique-t-il.

"Climato-apathique"

A quelques semaines de la conférence de Paris (COP21), où un engagement international est attendu pour maintenir le réchauffement climatique sous un certain seuil d'ici 2030, Jean-Marc Nollet dénonce le fait que le Premier ministre n'ait aucun objectif précis à y défendre. "Lorsque je lui pose la question, il ne me répond pas. C'est quand même grave, ce sont des climato-apathiques; ils sont passifs sur la question environnementale. Or, l'enjeu est mondial, même si la Belgique est un petit pays, elle a un rôle à jouer".

Me suivre sur la toile