Actualité

11/10/2015 - Annonce

L'invité du Grand oral ce samedi 10 octobre

Pour écouter l'interview, cliquez sur http://www.rtbf.be/info/belgique/dossier/gouvernement-michel/detail_nollet-le-gouvernement-michel-est-climato-apathique?id=9104575

Résumé de l'émission du site de la RTBF :

Jean Marc-Nollet, chef de groupe Ecolo à la Chambre était l’invité du Grand Oral La première Le Soir ce samedi 10 octobre, interrogé par Jacques Cremers et Jean Pierre Jacqmin pour la RTBF et par Béatrice Delvaux pour Le Soir.

Dans un peu plus d’un mois, le sommet du climat, la COP21, se réunira à Paris. De la poudre aux yeux ? Lors du Grand Oral La Première Le Soir Jean-Marc Nollet s’est montré plus optimiste sur les résultats de ce grand rendez-vous, au vu des derniers éléments de conclusions qu’il a pu lire ces derniers jours. Le chef de groupe Ecolo à la Chambre est par contre sans pitié pour le gouvernement Michel : " J’attends de la Belgique qu’elle vienne à Paris avec une position et un engagement. Or je n’ai pas l’impression qu’elle soit à la hauteur de l’enjeu. On va aujourd’hui vers une hausse de la température mondiale proche de 3 degrés Celsius, or tous les spécialistes le disent, au-delà des deux degrés de hausse d’ici la fin du siècle, on ne maitrisera plus les conséquences du dérèglement climatique. Dans ce contexte, nous sommes avec un gouvernement fédéral qui n’est pas climato sceptique mais climato apathique. Il n’y a toujours pas d’accord entre les Régions et le fédéral sur la répartition des efforts en matière de développement durable et pas d’engagement ambitieux. Le chapitre " environnement et développement durable " est d’ailleurs absent de la déclaration gouvernementale fédérale ".

La proposition Ecolo ? Réduire la consommation énergétique, avant même la mise en place des éléments générateurs de développement durable, argumente Jean-Marc Nollet. Et d’insister non seulement sur les efforts concernant le chauffage mais aussi et surtout la mobilité. " Il n’y a pas de réflexion fiscale ou matérielle sur le transport en Belgique ". Et Jean-Marc Nollet de dénoncer l’absence de préoccupation environnementale dans le virage fiscal, le tax shift mis sur table par le gouvernement fédéral : " Si on veut un virage fiscal, il faut orienter les choses. Aujourd’hui le gouvernement Michel désinvestit dans les chemins de fer, en réduisant les moyens de la SNCB de 2,1 milliards, ce qui ajoutés aux 900 millions du gouvernement Di Rupo, aboutit à moins 3 milliards de moyens pour les chemins de fer depuis 5 ans. Alors qu’en même temps, les voitures de société ont bénéficié plus que la SNCB. C’est avec cela que le gouvernement belge va aller à Paris ! Il n’y a dans leur besace rien d’essentiel et rien de cohérent sur le climat ". Même les mesures sur le diesel, prises lors du conclave budgétaire ne trouvent pas grâce aux yeux du bouillant écolo : " C’est seulement une mesure budgétaire qui n’a pour eux aucune finalité écologique ".

Deux autres mesures " durables " ont le soutien d’Ecolo, notamment en relais des organisations et associations de terrain dont l’homme politique vert reconnaît qu’elles sont très actives et déterminantes pour son parti. Pour lutter contre l’obsolescence programmée et accroitre la durabilité des biens, Nollet défend ainsi avec son parti l’augmentation de la garantie accordée aux produits, qui devrait passer de 2 à 5 ans, favorisant par ailleurs le secteur de la réparation et les emplois qui vont de pair. Et d’autre part, une baisse de la TVA sur les objets et vêtements de seconde main, pour favoriser le caractère circulaire de l’économie où ce qui est produit et puis acheté ne finit pas au terme de son premier cycle de consommation, comme déchet.

" Le Marghemgate ? C’est Marghem qui le provoque toute seule. "

La rentrée parlementaire sera chaude sur le plan du budget, du tax shift , sur lequel le groupe Ecolo, emmené à la chambre par le duo Nollet-Calvo. Ce sera aussi le cas du dossier " énergie " où l’on a déjà eu droit à des échanges entre la ministre fédérale Marghem et son " meilleur " ennemi JM Nollet. En ce qui concerne le black out et le plan de délestage mis sur table pour l’hiver, JM Nollet met en évidence le rapport de la Creg, le régulateur du secteur, qui montre que les intérêts de l’entreprise privée Elia qui estime les besoins en énergie en Belgique, sont en conflit avec l’intérêt général qui définit le bon niveau de la production d’énergie. " Mme Marghem a fait le choix du privé Elia à un point incroyable , balayant les arguments de son régulateur, car cela lui permet de légitimer à posteriori sa décision de prolonger les centrales de Doel 1 et Doel 2. Or le régulateur nous démontre qu’il n’y a pas eu de problème d’approvisionnement et donc pas de nécessité de prolonger ces deux centrales. " Le nouveau duel Nollet-Marghem va-t-il povoquer un nouveau " marghemgate ", à l’image de la session parlementaire précédente ? " Le Marghemgate, c’est elle qui le provoque. C’est d’elle-même que cela vient. "

Me suivre sur la toile