Travail parlementaire

24/11/2014

Question de M. Jean-Marc Nollet à la ministre de l'Énergie, de l'Environnement et du Développement durable, sur "le logiciel antiblack-out"

 13.01 Jean-Marc Nollet (Ecolo-Groen): Monsieur le président, madame la ministre, nous arrivons ainsi à la période où vous êtes ministre. J'en ai terminé avec les questions que j'ai déposées auparavant.

Le quotidien La Libre Belgique du 25 octobre relate l'acceptation dans votre chef du logiciel antiblack-out développé par un informaticien français et pourtant refusé par votre prédécesseur, M. Wathelet.

Madame la ministre, quel est l'impact en termes de MWh économisés que vous recherchez à l'échelle de la Belgique via l'achat d'un tel logiciel? Quel est le coût de l'achat dudit logiciel? Quels sont les autres éléments qui ont été déterminants dans ce changement radical de cap? Quand le logiciel sera-t-il implémenté? Qui bénéficiera de l'implantation de ce logiciel? Comment ce logiciel sera-t-il implémenté?

13.02 Marie-Christine Marghem, ministre: Monsieur le président, monsieur Nollet, je n'ai pas lu l'article de La Libre Belgique. Je ne sais donc pas exactement ce qui a été dit. En réalité, je n'ai pris aucune décision quant à l'acquisition d'un tel logiciel. J'ai évidemment été contactée par les personnes qui le développent, plus précisément un intermédiaire qui veut le porter au devant de l'administration. J'ai simplement dit que j'étais ouverte à cette idée. Seulement, je dois respecter la loi sur les marchés publics. Je n'ai évidemment pas du tout l'intention de ne pas la respecter.

Ce logiciel à installer a été proposé à l'État belge pour un total d'environ 11 millions d'euros. Il ne bénéficie à ce jour d'aucune garantie d'efficacité et n'a fait l'objet d'aucun test dans un pays étranger. C'est dommage! Comme il est développé par un Français, on aurait pu souhaiter qu'il ait été testé en France.

Pour ma part, j'estime que les mesures de sensibilisation et de réduction de la demande sont efficaces – tout en restant prudente et en gardant l'esprit ouvert – et sont certainement moins coûteuses. À cet égard et pour éviter l'activation du plan de délestage qui reste toujours la mesure ultime – comme je l'ai dit en boucle, on veut tout faire pour l'éviter –, il me paraît nécessaire d'encourager le grand public à réduire sa consommation d'énergie et, tant qu'à faire, à adopter de nouveaux comportements, comme on a pu le faire à l'époque pour le tri des déchets, puisque la meilleure énergie est celle qu'on ne consomme pas. 

Une campagne de sensibilisation a donc été mise en place et lancée. Le fil rouge, c'était "réduisons notre consommation d'électricité et, ensemble, nous éviterons le délestage". Cette campagne a été élaborée avec la participation d'Elia, du SPF Économie et du centre de crise du SPF Intérieur. De nombreux partenaires privés et publics apportent également leur soutien à cette campagne en la relayant.

13.03 Jean-Marc Nollet (Ecolo-Groen): Madame la ministre, si je comprends bien, il n'entre pas dans vos intentions de lancer cet éventuel marché public à ce stade.

13.04 Marie-Christine Marghem, ministre: Non!

13.05 Jean-Marc Nollet (Ecolo-Groen): Madame la ministre, je vous remercie pour cette réponse claire.

 

Le président: Madame la ministre, si vous le souhaitez nous pouvons nous arrêter quelques minutes, de manière à ce que vous puissiez terminer votre sandwich à l'aise. Nous travaillons à un rythme très soutenu et même rare en commission. C'est aussi le contexte qui veut cela.

 

13.06 Jean-Marc Nollet (Ecolo-Groen): Ou les interlocuteurs … Je vais en parler à M. Calvo!

 

L'incident est clos.

Me suivre sur la toile