Travail parlementaire

29/06/2015

SNCB. - Actes de vandalisme dans les trains sur une année complète.

Il y a quelques mois, je vous interrogeais sur les actes de vandalisme dont sont victimes les trains de la SNCB. En réponse à ma question, vous m'aviez transmis des chiffres portant seulement sur le premier semestre de chaque année. Ces données sont malheureusement insuffisantes pour vérifier si ces actes sont en évolution positive ou négative. 1. Quels sont les chiffres concernant les actes de vandalisme dans les trains pour l'ensemble de l'année 2014? 2. Pourriez-vous communiquer le détail des différentes catégories d'incidents qui sont survenus? 3. Quelle est l'évolution de ces faits de vandalisme de 2010 à 2014 sur base annuelle, cette fois, et ce, pour chacune des catégories?

 

1 à 3. Ci-après un tableau montrant les actes de malveillances par catégorie entre 2009 et 2014: La diminution du nombre de dégradations sur le matériel roulant est due d'une part, à une approche ciblée par le service de sécurité de la SNCB (Securail) et d'autre part, à une meilleure collaboration au niveau local avec les services de police sensiblilsés aux phénomènes criminels auxquels la SNCB est confrontée. L'augmentation du nombre de graffiti est principalement due à la mise en service du matériel Desiro (nouveaux équipements) sur le réseau ferroviaire qui se révèle être la cible idéale des tagueurs. La diminution du nombre de vols de marteaux de secours s'explique plus difficilement. Une des hypothèses, encore à confirmer, pourrait être la présence des agents de sécurité Securail tout particulièrement dans les trains à risque. Parallèllement, il apparaît que l'aspect répressif à savoir le dressage systématique d'un procès-verbal à l'encontre des délinquants connus aurait également un effet dissuasif. En règle générale, on peut dire que l'attention médiatique ainsi que les campagnes publicitaires ont également contribué à une diminution du nombre d'infractions.

Me suivre sur la toile